Twilight – Chapitre 1 : fascination

Twitter Facebook Google+
10 Jan 2009

 Environ 2 minutes de lecture

Twilight - Chapitre : fascinationAnnoncé comme un des cartons cinématographiques de l’année aux Etats-Unis et étant une adaptation d’un carton littéraire, nous sommes allés, Elodie et moi, participer à ce déménagement mondial (rapport aux cartons… Je sais, elle est facile…). J’y suis allé plus ou moins à reculon : les livres semblent intéressants (Elodie les a lus) mais la bande-annonce et donc la réalisation semblait bizarres, très adolescentesques.

Première chose frappante au niveau de la fréquentation de la salle (un jeudi soir), une majorité de couples et peu de groupes de filles. D’ailleurs, chose vraiment étrange : une majorité de groupes de garçons, bien métrosexuels, à croire que la nouvelle génératon se cherche sexuellement. Mais passons, c’est un autre sujet…. 🙂

Isabella Swan, 17 ans, déménage à Forks, petite ville pluvieuse dans l’Etat de Washington, pour vivre avec son père. Elle s’attend à ce que sa nouvelle vie soit aussi ennuyeuse que la ville elle-même. Or, au lycée, elle est terriblement intriguée par le comportement d’une étrange fratrie, deux filles et trois garçons. Bella tombe follement amoureuse de l’un d’eux, Edward Cullen. Une relation sensuelle et dangereuse commence alors entre les deux jeunes gens : lorsque Isabella comprend que Edward est un vampire, il est déjà trop tard.

Source : allocine.fr

Deuxième chose choquante par rapport au film : le teint des acteurs vampires. Effectivement dans le livre, c’est une des caractéristiques des vampires mais c’est poussé vraiment à l’extrême dans le film (c’est presque ridicule, Elodie et moi avons rigolé à plusieurs moments), on se croirait dans une pièce de Molière ou à la cour du Roi Soleil

D’ailleurs, je crois que la réalisatrice, Catherine Hardwicke, s’en est rendue compte car ce teint disparait au fur et à mesure qu’on avance dans le film.

Je me demande même si ce n’est pas un effet volontaire, afin de mettre l’accent sur les vampires dans les premières minutes…

Ma première impression de réalisation adolescentesque s’est confirmée mais avec quelques nuances. Le tout est très romancé afin de séduire le public féminin et les scènes d’actions censurées afin de plaire au jeune public. C’est clair que, tout comme le livre, les adolescentes et jeunes femmes sont visées. Cependant, je n’ai pas été trop déçu. Mais heureusement que le film est basé sur le livre, l’histoire est bonne et cela se ressent dans les scènes.

Quelques notes d’humour parsemées dans le film apporte un peu de fraîcheur et un peu moins de gnangnan romantique. Elodie et moi avons adoré un personnage secondaire : un vampire venant tout juste d’arrêter la consommation de sang humain et visiblement en manque. 😉

Globalement, j’ai apprécié le film avec toutefois quelques regrets au niveau de la mise en scène et des scènes d’action. Tout est théâtralisé, romantique à l’extrême. Si vous avez à emmener votre dulcinée, ou future maîtresse, au cinéma, ce film est le choix à faire. 😉

TCho, Hamtaro.


Twitter Facebook Google+